Comment savoir si mon vêtement a été confectionné de manière éthique ?


Quand on est conscientisé à la mode éphémère, que l'on en comprend et voit les dommages qu'elle cause, ça nous motive à faire un virage éthique à notre garde-robe. Tu as envie de t'informer davantage pour consommer plus consciemment et t'assurer que les produits que tu achètes sont bel et bien éthiques, mais tu ne sais pas trop par où commencer ? Je te donne ici quelques pistes à considérer et questions à te poser pour t'aider à savoir si ton vêtement a été confectionné de manière éthique.

Tant de gens contribuent à la création d'un vêtement. Que ce soit de la culture du coton, le tissage, filage de la fibre, la teinture du tissu, la création du patron, la confection du vêtement, jusqu'à ceux qui produisent le fil pour coudre le vêtement ainsi que tous les accessoires textiles (ex: fermetures éclair, boutons, etc.), et j'en passe, des centaines de personnes sont derrière la création de ton t-shirt. La chaîne d'approvisionnement dans l'industrie de la mode est donc très complexe et par conséquent, il est difficile (voire impossible en fait) de savoir si toutes ces personnes ont bénéficié de conditions de travail éthiques. Dans cet article, nous allons donc nous concentrer sur la partie « confection du vêtement ». 

1. Regarder l'étiquette sur ton vêtement

Dans quel pays ton vêtement a-t-il été confectionné ?

La première question de base à se poser, selon moi, c'est la suivante: ton vêtement, il est « made in » où ? Regarde tout simplement sur l'étiquette apposée sur ton vêtement, normalement située soit au niveau du col ou de la couture sur le côté pour les t-shirts, ou au niveau de la taille pour les pantalons, leggings ou sous-vêtements. Tu y verras le nom du pays où il a été confectionné.   

Quelles sont les normes et lois sur les conditions de travail de ce pays ?

La réponse à cette question pourra te donner une bonne idée pour savoir si le vêtement a été confectionné de manière éthique. Par exemple, au Canada nous avons les lois sur les normes du travail et la CNESST (Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail)[1]  qui ont pour rôle notamment d'assurer l'application de la Loi sur les normes du travail. Malheureusement, ce n'est pas tous les pays qui ont cette situation. Le Bangladesh en est un exemple. D'ailleurs, le film True Cost réalisé par Andrew Morgan parle des conditions de travail effroyables des ouvriers en sweatshop[2].

True Cost MovieSource: Le documentaire True Cost

Ici, il ne faut pas confondre le pays d'origine (siège social) de la compagnie avec le pays de fabrication du produit, car ce sont deux choses bien distinctes. C'est-à-dire qu'une compagnie peut être Canadienne, et malgré que des lois régissent les conditions de travail au Canada et assurent une éthique en milieu de travail, le produit peut très bien avoir été confectionné dans un autre pays qui n'assure pas les mêmes conditions. Encore une fois, tu le sauras en regardant l'étiquette. Parfois, on peut même voir sur l'étiquette « conçu au Canada, fabriqué dans tel pays ».

2. Pose des questions aux entreprises

Le mouvement Fashion Revolution nous encourage à poser la question : « Qui a fait mes vêtements » ? (« Who Made my Clothes ? ») aux entreprises. En posant cette question, tu affirmes aux compagnies que l'éthique de travail et les droits humains sont importants pour toi, et que tu demandes la transparence.

Écrire un courriel à la compagnie ou appeler

Avec Internet, c'est si facile de trouver une compagnie, d'accéder à l'onglet « nous contacter », puis d'écrire un courriel ou encore de les appeler directement.

Il y a même un outil que la Fashion Revolution a créé pour faciliter le contact avec certaines grandes marques[3]. Un texte modèle de courriel est déjà préparé sur leur site Internet, et tu as simplement à remplir les champs avec ton nom, ton adresse courriel et sélectionner dans le menu déroulant le nom de la compagnie que tu souhaites contacter. Super facile !

Rencontrer les créateurs dans un événement

Pour les compagnies locales (ou même en voyage à l'autre bout du monde), il est plus facile de se rendre à des événements ou foires et de rencontrer les employés ou les propriétaires et de poser ses questions en personne. C'est toujours intéressant d'en apprendre plus sur les produits et l'histoire des compagnies de chez nous. Qui sait, tu en apprendras probablement plus que tout ce que tu peux voir défiler sur le Facebook ou le blogue de l'entreprise.

D'ailleurs, pour savoir si Clothes & Roads va participer à un événement prochainement, c'est par ici. Peut-être qu'on aura la chance de se voir la bette en vrai de vrai. Il me fera un plaisir de répondre à tes mille et une questions, si tu en as pour moi.

Luna est une des couturières qui a travaillé sur la confection de la camisole aventurière. Elle travaille pour un atelier de couture qui est un organisme de réinsertion sociale pour les femmes immigrantes. Une belle mission sociale !

Utiliser les réseaux sociaux

Le mouvement Fashion Revolution encourage des millions de gens à demander aux marques qui a fait nos vêtements en utilisant le mot-clic #whomademyclothes sur les réseaux sociaux et demander plus de transparence dans la chaîne d'approvisionnement de l'industrie de la mode. Les instigateurs de ce mouvement croient que le plus de gens demandent, le plus les marques écouteront, et je suis bien d'accord !

Tu veux participer au mouvement ?

  1. Prends une photo de ton vêtement en montrant l'étiquette ou en tenant l'affichette officielle «Who made my clothes?». Tu peux te procurer l'affiche sur le site Internet officiel de la Fashion Revolution ici[4].
  2. Identifie l'entreprise dans ta publication pour qu'elle reçoive une notification de ta publication
  3. N'oublie pas d'utiliser le mot-clic #whomademyclothes

Who made my clothes ?

Révolutionnons la mode en posant les bonnes questions !

L'urgence de passer à une consommation plus éthique et de repenser notre manière de consommer la mode reste toujours d'actualité. Je t'invite donc à continuer de te poser des questions. Je crois sincèrement que c'est le point départ sur la voie du changement et pour consommer mieux et plus consciemment.

 

Sources:

[1] CNESST: Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail, «La comission des normes du travail : un organisme voué à l'évolution des conditions de travail au Québec», https://www.cnt.gouv.qc.ca/en/documentation-centre/columns/papers-from-the-commission-des-normes-du-travail-experts-for-external-reviews-french-version-only/la-commission-des-normes-du-travail-un-organisme-voue-a-levolution-des-conditions-de-travail-au-quebec/index.html

[2] The True Cost, https://truecostmovie.com/

[3] Fashion Revolution, «Take Action», https://www.fashionrevolution.org/about/get-involved/

[4] Fashion Revolution, «Print a poster», https://drive.google.com/drive/folders/1e5s9cOJ2trdPG8josyAY8Z2SO4zhO-hq



Related Posts


Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published