par Isabelle Jetté mars 22, 2021 4 min. de lecture

Rêver.

Tout part de là.
Oser rêver un peu, beaucoup, passionnément, à la folie.

J’ai l’impression que le confinement nous a permis à tous de ralentir et de rêver un peu plus. Pour certains, ça peut sembler l’inverse, la vie de famille qui chevauche maintenant la vie en télétravail, la gestion de tout ça, c’est un peu le bordel…. mais justement, rêver devient essentiel pour se donner des objectifs, revisiter les priorités, s’organiser.  On a tellement fait aller notre imagination ces derniers mois, réalisez-vous? Je trouve ça rafraîchissant. Sortir de la routine, de la zone de confort. Pour beaucoup, c’est un gros changement. Ça apporte certes des défis, mais aussi un vent de renouveau.

Bon, pour ma part, j’ai toujours été une rêveuse. Une hors norme, un peu idéaliste, toujours à étirer ma zone de confort un peu plus haut, un peu plus loin. Avec ma vie d’artiste en affaires, travaillante mais aussi aventurière… J’ai toujours réussi à pimenter un brin mon quotidien. À jumeler business et plaisir. Aventure et stabilité. Oui oui, ça se peut d’avoir les deux! Enfant, on me qualifiait de tête en l’air, de lunatique. J’aimais ça imaginer des histoires, partir dans mes pensées, rêver quoi. J’ai ça en moi.

Sauf que pour moi, les rêves, ce n’est pas juste des histoires que je me raconte. J’ai envie de les réaliser.

Je me souviens très bien d’être assise dans l’herbe avec des amies, je leur racontais mon rêve de partir explorer le Canada en Van, toute seule s’il le faut, en vendant des choses, en sous-louant mon appartement, si c’était nécessaire... Même si elles me savent capable de bien des folies, j’ai senti que cette fois, j’allais un peu loin dans mes extravagances et pourtant... Tout ça pour dire que ça fait longtemps qui j’y pense. Je sais que c’est la grosse mode pis ça peut avoir l’air d’un caprice de petite fille qui a vu ça sur Instagram.  Mais sincèrement, tu n’embarques pas dans un projet comme ça si tu trouves juste ça cute sur photos parce que la réalité va frapper. 

 

Horizon dans le champ le jour de sa première journée avec nous. Que l'aventure commence !

@evoraphotographie pour @skoolie_horizon

Ce que je trouve beau là-dedans, c’est justement cette réalité peut-être un peu moins parfaite :

Le côté minimaliste en grande partie. Je veux tester ma capacité à vivre avec peu, en grande simplicité. C’est la nature et le plein air. C’est des lieux et moments tellement beaux à immortaliser avec ma caméra (Ouais, bon, tu ne peux juste pas sortir la photographe de moi…) Tout ça pour continuer de les savourer plus tard et les partager aussi. C’est cuisiner avec ce qu’on a sous la main. Tester ses limites. Être libre de bouger ou de rester un peu plus longtemps, sans trop faire de plans.  C’est rencontrer des gens. Mais surtout, même si j’ai l’habitude de voyager seule, ce tripe-là, j’avais envie de le vivre avec quelqu’un.

Crois-moi, crois-moi pas, la vie a répondu aux deux souhaits en même temps.
J’ai rencontré mon grand fou aventurier, rêveur comme moi, au moment où justement il se magasinait un bus dans le but de le convertir pour voyager. Anthony.

Il me permet de rêver avec lui. De vivre ce rêve.

C'est nous ! On a trouvé du beau bois dans un 'conteneur' qui allait donc être jeté. Il y avait pas mal de vis et de clous à retirer mais le bois était vraiment en bon état. Comme on a pour but de rester le plus écolo possible, on a trouvé plusieurs manières de récupérer du bois. Cette fois-là en bonus, on a récolté des vis !

@skoolie_horizon

 

Le bus est au tout début de sa transformation

On veut documenter les étapes pour les curieux, les rêveurs, les amoureux de conversion qui veulent s’inspirer. Puis, on veut ensuite voyager et faire ‘rouler ce projet’ en bon jeu de mots.

Le bus en juin 2020, puis en août 2020.

Voici déjà un début de transfo pour notre skoolie, Horizon ! Pour suivre l’évolution du projet, suivez-nous sur Instagram @skoolie_horizon

Photo: @evoraphotographie 

 

Et ce projet, c’est quoi ?

C’est plus qu’un bus transformé, plus qu’un désir de voyager, c’est un partage d’idées et d’histoires, c’est l’inclusion du développement personnel et de l’entraide.

On veut parler de nos visites. Créer des collaborations et vivre des expériences tout en apportant notre contribution. On cherche une manière d’avoir un impact positif sur notre route. On cherche à se créer une mission sociale à travers tout ça. Parce que voyager peut parfois paraître comme un geste égoïste et pourtant, il y a tant de manières de le rendre enrichissant au-delà d’un plaisir purement personnel.

 

Mon chéri qui arrache le plancher. Bye bye la rouille ! On commence les gros travaux.

@evoraphotographie pour @skoolie_horizon

 

On travaille avec nos forces. Lui, c’est le génie qui imagine, qui crée et travaille fort, l’artiste du bus.

Moi, je suis la photographe, l’artiste de l’image, celle qui aime raconter, écrire (Hey, attends minute, j’ai aussi joué avec une ‘drill’ un peu, mais juste un peu).

Et ensemble, c’est deux humains un peu fous avec des idées plein la tête, qui veulent découvrir, créer, jouer, rire, offrir, partager, apprendre, redonner, voyager…

Rêver et faire rêver.

Juste pour s'assurer d'avoir votre attention, on a stratégiquement inclus le plus beau chat dans le projet. Nenuphare sera avec nous dans l'aventure lorsque nous partirons 😊

@evoraphotographie pour @skoolie_horizon

 

Isabelle Jetté

Je suis la fondatrice de Isabelle Jetté Photographie. J'écris comme je photographie, avec ma touche de magie et avec mon cœur les beaux humains, les émotions et les beautés de la vie qui s'offre à nous. J'aime le slow living, jouer dehors, les patates 🥔 (qui n'aime pas les patates?). Je suis une fille rêveuse qui a toujours mille et un projets en tête. D'ailleurs, avec mon copain on travaille sur la transfo d'un skoolie dans le but de vivre l'expérience Vanlife et j'anime notre Instagram.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

5 raisons vraiment cool (et locales) d’aimer nos carnets  en papier-retailles artisanal
5 raisons vraiment cool (et locales) d’aimer nos carnets en papier-retailles artisanal

par Marie-Eve Bournival-Paré novembre 08, 2021 3 min. de lecture

La mode génère beaucoup de déchets. Couper le tissu pour les vêtements génère inévitablement beaucoup de retailles, et ce, même lorsqu’on minimise les pertes et qu’on optimise la production. Notre projet papier-retailles avait donc trois objectifs.
Voir l'article entier
Comment faire du papier à partir de retailles de tissu ?
Comment faire du papier à partir de retailles de tissu ?

par Marie-Eve Bournival-Paré novembre 01, 2021 4 min. de lecture

J’ai collaboré avec Sophie et son équipe d’Atelier Retailles, un atelier de fabrication de papier artisanal situé à Montréal, afin transformer les retailles de tissu en tencel, en coton bio et chanvre de ma toute dernière production.

Ce fut une expérience vraiment fascinante pour moi de passer à l’atelier pour voir comment le papier artisanal y est fait.

Voir l'article entier
Saviez-vous qu’on peut faire du papier avec du tissu ?
Saviez-vous qu’on peut faire du papier avec du tissu ?

par Marie-Eve Bournival-Paré octobre 27, 2021 3 min. de lecture

Créer des vêtements génère inévitablement des déchets. Lors de la coupe des tissus, il y aura forcément des retailles, petites, moyennes ou grandes. Après tout, on ne porte pas des vêtements faits en forme de sacs carrés ou rectangulaires. Pour donner le style désiré au vêtement, il faut nécessairement découper des pièces de tissu qui ont des courbes. Cela génère donc des retailles.
Voir l'article entier

Inscris-toi à notre infolettre

x